Inde: disparition de la taxe sur les protections périodiques !

Le 21 juillet 2018, le gouvernement indien a annulé la réglementation sur la TVA instaurée à l’été 2017 qui établissait un classement sur les produits en fonction de leur degré d’utilité. Cette dernière classait les serviettes périodiques comme des « produits de luxe » en ajoutant une taxe de 12 %, alors que des produits comme le khôl n’étaient pas taxés.

Cette mesure avait déclenché un tollé dans les milieux associatifs féministes et parmi les vedettes de Bollywood dans un pays où une grande majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté, et où plus de la moitié des femmes n’ont pas les moyens d’acheter des protections périodiques.

Plusieurs associations avaient manifesté leur mécontentement indiquant que cette mesure empêchait l’accès déjà réduit à un produit de première nécessité. En effet, selon une étude nationale récente, en Inde, environ 60 % des jeunes femmes de 16 à 24 ans n’ont pas accès aux serviettes hygiéniques, chiffre qui peut monter jusqu’à 80 % dans certains états pauvres du centre et de l’est de l’Inde.

Une pétition avait par la suite été lancée par des militants indiquant qu’il s’agissait d’un recul majeur pour les droits des femmes, dans un pays où la majorité de la population vit avec moins de 250 euros par mois, et n’a pas toujours accès aux produits d’hygiène élémentaires, notamment dans les régions rurales ou isolées. Pour les familles les plus pauvres, un sachet de serviettes hygiéniques peut représenter l’équivalent d’une semaine de nourriture pour toute la famille. 

taxe
Une femme indienne nettoie des morceaux de tissu utilisés pendant les règles.

En effet, une étude menée par le cabinet de recherche en marketing AC Nielsen indique que 88 % des femmes utilisaient encore du sable, des cendres ou du linge pendant leurs règles faute de pouvoir s’offrir des protections périodiques. Le coût trop élevé des protections hygiéniques serait en cause. En Inde, les problèmes d’hygiène menstruelle seraient à l’origine de 70 % des problèmes de santé reproductive à l’heure actuelle.

« Je crois que toutes les femmes seront heureuses de savoir que les serviettes hygiéniques sont maintenant exemptées à 100 %. Il n’y aura pas de TVA sur les serviettes hygiéniques », a déclaré Piyush Goyal, ministre des finances par intérim, aux journalistes présents lors de la révélation de cette nouvelle.

Source : le MondeNeonmagFrance24OuestFranceCanoe.ca


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *