Tanzanie : grâce à sac « 3 en 1 » jusqu’à 30 % des récoltes sauvées

agricultureUn sac « 3 en 1 » pour contrer l’insécurité alimentaire en Tanzanie! Voici l’un des éléments clés du programme de lutte contre les pertes post-récoltes mises en place par l’ONG suisse Helvetas. Bien que ce procédé paraisse anodin, il pourrait être une petite révolution en matière de développement durable et de protection des denrées.

En Afrique de l’Est, dans les zones rurales et isolées, environ 80 % de la population vit de l’agriculture et notamment de la culture du maïs. Néanmoins, même lorsque les récoltes sont bonnes, le problème de la conservation des denrées persiste, car les sacs utilisés pour le stockage ne sont pas suffisamment résistants. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Food and Agriculture organization), c’est entre 10 et 30 % des provisions alimentaires qui disparaissent à cause des conditions de stockage insuffisantes. Cela expose les familles de cultivateurs à la faim et à la malnutrition.

Ce sac hermétique « trois en un » développé en lien avec l’Université Purdue aux États-Unis a pour but de contrer cette problématique de conservation. Le procédé est assez simple : deux contenants souples en plastique hermétique, et une troisième couche en polypropylène. Cette nouvelle méthode de stockage sécuritaire rend impossible la prolifération des insectes qui meurent par manque d’oxygène, tout en protégeant de la chaleur et de l’humidité.

agrucultureL’utilisation de ce sac permettrait de réduire la durée des périodes de soudure pour les familles, puisque la nourriture est conservée plus longtemps. En effet, à l’heure actuelle, les familles sont obligées de s’endetter pour pouvoir se nourrir : le prix des céréales et légumineuses sur les marchés augmente considérablement lors des mois de soudure et peut voir même doubler, dans les grandes périodes de sècheresse.

Cela leur permettrait aussi de diversifier leurs revenus, car si le maïs ne manque plus, une partie des terres pourrait alors être utilisée pour d’autres cultures.

Au démarrage un millier de fermiers ont reçu le sac gratuitement ainsi qu’une formation sur son utilisation. Désormais, le sac est disponible au prix de 5000 schillings au lieu de 1000 schillings pour un sac traditionnel. Il s’agit d’une dépense importante pour les familles, mais les campagnes de sensibilisation sur ses bénéfices et ses effets à long terme semblent fonctionner. En effet, selon les chiffres de l’ONG Helvetas, 24 900 familles ont déjà acheté les sacs en plastique.

L’autre pièce majeure du programme est la fabrication des silos à grain en tôle dans les villages afin de permettre le stockage sécuritaire en grande quantité. Jusqu’à présent, 2100 silos ont été mis en place. Pour répondre à la demande, 80 artisans locaux ont été formés à la fabrication de ces silos métalliques, ce qui leur permet de gagner quelques centaines de dollars supplémentaires par an.

Depuis 3 ans, déjà 25 pays du continent africain utilisent ces sacs « trois en un » et des marques similaires se sont développées. Récemment, une usine de production vient de voir le jour en Tanzanie.

Sources : Le MondeHelvetas


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *