New York : Des vélos pour les plus démunies

vélo

Le 17 juillet 2018, Citi Bike lance en partenariat avec Healthfirst (compagnie d’assurance maladie) et NYCHA (New York City Housing Authority) un programme passant l’abonnement de vélos de 15 $ à 5 $ par mois pour les bénéficiaires du SNAP (programme d’aide supplémentaire à la nutrition) et de la NYCHA. En plus de cette initiative, Julie Wood, la porte-parole de Motivate, la société qui gère Citi Bike (et qui a récemment été acheté par Lyft) a annoncé vouloir placer des stations de vélos à côté de bâtiments publics en développement pour faciliter l’accès aux stations en vue des plus démunies.

Non seulement la majorité des stations sont situées dans les quartiers les plus riches, mais les offres proposées peuvent être chères – une adhésion annuelle à Citi Bike totalise 169 $. En tant que telle, une étude venant de l’université d’état de Portland l’année dernière a constaté que juste 2 % des individus à faible revenu de couleur noir étaient des membres annuels, malgré le fait qu’une majorité porte de l’intérêt dans la participation de ce programme.

Quand Citi Bike a déployé tous ses vélos dans des villes il y a une décennie, les espérances étaient hautes : non seulement les vélos fournissent une alternative facile, accessible, plus écologique qu’une voiture, moins oppressante et chère que les transports publics urbains. Les programmes comme Citi Bike à New York et Ford GoBike dans la région de la baie fonctionnaient bien, cependant dans le processus, elles échouaient souvent à attirer les habitants les plus démunis de la ville, tandis qu’ils sont ceux qui pourraient le plus profiter de ce programme.

véloSelon Julie Wood, il y a un très grand challenge sur l’accessibilité de ce programme. Les campagnes publiques de sensibilisation et les différentes options de paiements font un grand pas pour rendre accessible ce genre de programmes. Le lancement du programme commence au « Bedford Stuyvesant Restoration Corporation », une organisation d’aide communautaire établie à Brooklyn. Mme Wood espère que ce partenariat ayant de solides racines communautaires permettra de « faire en sorte que les gens sachent que ce programme est pour eux ».

Source : Fast Company


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *