Un label contre le gaspillage alimentaire en restauration

FRAMHEIM: l’entreprise française qui lutte contre le gaspillage alimentaire en restauration !

«Le meilleur déchet; c’est celui qu’on ne produit pas ». C’est le slogan de FRAMHEIM, Entreprise Sociale et Solidaire , spécialisée dans l’offre de conseils et diagnostics aux restaurateurs.

En France depuis fin 2017 une cinquantaine de restaurants sont devenus « engagé anti-gaspi » grâce à ce label. Et d’autres sont déjà en cours de labellisation!

« ll y a urgence pour les restaurants à prendre la parole… Ils sont parfois pionniers dans la mise en place de solutions efficaces, et ils sont trop souvent pris pour cible alors qu’ils aiment leurs produits et les respectent. » expliquent Dominique Brechon et Vincent Dantonel, les deux associés à l’origine de l’entreprise FRAMHEIM.

Selon eux, réduction des coûts et engagement social et environnemental peuvent aller de pair!

Le fonctionnement du label est simple: il faut s’engager à respecter au moins trois aspects de la « charte anti gaspillage » élaborée par l’entreprise en fonction de plusieurs critères. De la formation des équipes, à la valorisation des biodéchets, en passant par les approvisionnements responsables, la sensibilisation des clients, ou encore les partenariats pour les invendus, tous les secteurs sont concernés.

Le label permet aux restaurateurs qui le souhaitent  d’évoluer vers un modèle plus responsable et solidaire, tout en leur promettant de réduire leurs coûts. La labellisation évolue (niveau bronze, argent ou or) en fonction du degré d’implication de chacun. Les solutions sont adaptées en fonction du type de restauration, de sa clientèle,  de sa structure et de ses processus de fabrication.

 

Au delà de l’intérêt économique évident du label pour les restaurateurs, il apporte une forme de visibilité et de reconnaissance par rapport à une clientèle de plus en plus exigeante et concernée par les enjeux solidaires et environnementaux.

Vers une législation de plus en plus sévère ?

La création de ce label intervient à un moment où la lutte contre le gaspillage alimentaire est plus que jamais au coeur des débats.

Selon Statistique Canada, à l’heure actuelle dans le monde, c’est un tiers des ressources produites qui sont gaspillés chaque année. En France, c’est 10 millions de tonnes de nourriture qui sont jetés chaque année.

Mais la législation se durcit. En France, depuis janvier 2016, la loi prévoit une lourde amende (jusqu’a 75000 euros), voir même une condamnation, pour les restaurateurs de plus de 150 couverts produisant plus de dix tonnes de biodéchets par an, si ceux ci ne font preuve d’aucun engagement éco solidaire.

Rappelons que dans la même année une loi interdisant aux supermarchés de rendre impropres à la consommation les invendus a été adopté, obligeant les grands groupes alimentaires à créer des partenariats avec des organismes d’aide.

Le 30 mai 2018, un projet d’article de loi a été déposer à l’assemblée nationale visant à obliger le don alimentaire à l’industrie agroalimentaire et à la restauration collective.

Sources: Le Monde; Radio Canada; FRAMHEIM; Novae


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *